curé à sec

Communiqué de presse : En période de crise, la préfecture ouvre les robinets !

Communiqué de Presse

Suite à la cellule de vigilance du 15 juin 2017

En période de crise, la préfecture ouvre les robinets !
Sur les bassins qui étaient en interdiction totale ou partielle avant le 15 juin l’irrigation est de nouveau autorisée

La cellule de vigilance a été réunie à la préfecture avant le passage à la gestion d’été qui va permettre la reprise des prélèvements d’eau pour l’irrigation agricole sur de nombreux bassins actuellement soumis à des restrictions alors que sur le terrain la situation ne s’est pas améliorée.

Les mesures qui ont été annoncées (irrigation la nuit pendant 3 nuits sur le bassin de la Seudre, 6 nuits sur les bassins de l’Arnoult, de la Charente, de la Seugne, de la Boutonne de l’Antenne et Gères Devise) ne seront pas suffisantes pour diminuer la pression sur la ressource.

Les débits de crise, qui devraient normalement être sauvegardés par tous moyens (selon les SDAGE) seront franchis très prochainement.

Sur le bassin du Curé qui était en alerte renforcée avant le 15 juin, il n’y a plus de restriction alors même que le Curé est à sec aux Rivières d’Anais (cf. photo illustrant l’article)

cartes

L’EPMP (Établissement Public du Marais Poitevin) qui a la compétence eau et biodiversité sur tout le nord du département n’a proposé aucune mesure pour faire face à la situation qui s’annonce exceptionnelle tant le niveau des nappes phréatiques est bas.

Les objectifs de débits sur la Charente ne seraient plus tenus à partir du mois de juillet.

L’alimentation en eau potable pourrait être menacée puisque deux usines de production d’eau potable (celle de Coulonges-sur-Charente et celle de St Hippolyte) sont alimentées par l’eau de la Charente.

Alors qu’en 2005 des mesures précoces avaient été prises par les services de l’État pour sauvegarder les milieux aquatiques, aujourd’hui la protection des milieux est reléguée derrière les intérêts économiques et l’irrigation des grandes cultures.

L’association a cependant demandé, le maintien des mesures de printemps (avec des dérogations pour les éleveurs) mais sans succès.

Entre le 9 juin et le 15 juin 2017 il n’y a eu aucune pluie, mais les alertes ont été levées juste par arrêtés préfectoraux, les milieux aquatiques devront s’en contenter !

Ce matin, l’irrigation a repris sur le bassin du Mignon….