4

La Seugne amont asséchée mais l’irrigation a continué

COMMUNIQUE DE PRESSE

En 2016, avec 10,3 millions de m3 autorisés pour l’irrigation et 7 millions consommés, la Seugne a connu un assec estival sur près de 20 km en amont de Jonzac, et un total d’assecs de 50 km en comptant ses affluents, sans que la décision de passage en alerte renforcée n’ait été décidée par l’autorité administrative. Cet assec ne s’est progressivement résorbé qu’en février 2017. Les volumes qui y sont prélevés pour l’irrigation agricole ne sont pas en rapport avec ce que le milieu peut fournir ; cette surexploitation agricole n’est pas régulée comme elle le devrait car il n’existe actuellement aucun indicateur de gestion dans le bassin amont susceptible de fonder une gestion des prélèvements respectueuse du milieu aquatique.

En 2017,  la situation est pire encore. Après une timide reprise des écoulements en février 2017, nous retrouvions en juin le même assèchement qu’à l’automne 2016. Des dizaines de kilomètres d’assèchement et des écoulements  insuffisants entrainant un réchauffement des eaux, une oxygénation insuffisante, une eutrophisation et une dilution insuffisante des pesticides, provoquent une dégénérescence de la vie aquatique, tel que l’on peut le constater sur la quasi-totalité de ces ruisseaux moribonds. Et au-delà des cours d’eau et des zones humides, des pans entiers de biodiversité disparaissent alors que la haute vallée de la Seugne et ses affluents sont classés en zone Natura 2000 avec des habitats faunistiques relevant d’une protection européenne.

Selon les propos rapportés des anciens, jusqu’aux années 80, sur la commune de Champagnac, immédiatement à l’amont de Jonzac, un assec de fin d’été apparaissait sur quelques centaines de mètres et disparaissait promptement avec les premières pluies. Depuis le début de l’irrigation il y a une trentaine d’années ce n’est plus le cas.

En 2017,  les arrêtés préfectoraux se sont succédés, deux courtes coupures d’irrigation sur le bassin de la Seugne ont été imposées du 29 juin au 12 juillet et du 19 au 21 juillet, mais depuis l’irrigation est de nouveau autorisée sous le régime de « l’alerte renforcée » alors que le milieu naturel se trouve dans une souffrance extrême et que la coupure a été remise en vigueur  entre le 8 août et le 16 août sur les bassins de la Seudre, de la Charente aval, du Bruant, du Né, de la Boutonne aval et moyenne, des Marais Nord Aunis… Les pluies estivales ne peuvent  pas recharger les nappes, ces dernières sont à leur plus bas niveau au point de ne plus pouvoir alimenter les rivières. Malgré cela le pompage pour l’irrigation dans ces nappes a continué la nuit sur le bassin de la Seugne.

Ce régime de l’alerte renforcée consiste à autoriser  un prélèvement hebdomadaire limité à 5% du volume restant à consommer au 15 juin, assorti d’un cadrage horaire de 19h à 9h, 5 nuits par semaine. Une évaluation de cette limitation nous conduit à penser que plus de 5 Mm3 seront prélevés en 2017, ce qui est en dessous de la moyenne interannuelle de  presque 7 Mm3, mais dans ce contexte d’assèchement des rivières, la destruction des milieux est ainsi encore aggravée.

Avec évidence, le milieu naturel est sacrifié au profit d’un modèle agricole non durable dont le changement devrait être le souci de tous les porteurs d’enjeux concernés.

Quelques photos de ce début septembre 2017 sont représentatives de ces rivières transformées pour de nombreuses semaines en chemins poussiéreux. La Seugne sur 20 km, la Laurençanne Fontaine d’Ozillac, la Maine et le Trèfle à Mosnac.

Actuellement les épisodes pluvieux reprennent, les rivières tôt ou tard vont recouler, les regards vont à nouveau se détourner de cette problématique, la pensant saisonnière, mais les rivières restent vides de vie ou très appauvries.